DES FRONTIERES DE LA COMMUNICATION: ENTRE L’ORALISME ET LA LANGUE DES SIGNES

Eduardo Gomes Onofre, Sandra Jacqueline Meza Fernández, Anna Sargsyan-Sablong

Resumo


DOI: 10.12957/e-mosaicos.2017.28537

L’objectif principal du présent article est discutir les frontières de la communication, entre l’oralisme et la langue des signes. Pour cela, nous avons réalisé d’entretiens semi-directifs avec deux jeunes sourds français qui partagent de manière différente leurs relations quotidiennes avec des entendants. Les entretiens ont été réalisés, en septembre 2013, dans un établissement d'enseignement spécialisé pour des sourds à la région du Poitou-Charentes, en France. Les résultats ont indiqué que les avancées des nouvelles technologies de l’information et de la communication, par exemple l’implant cochléaire,  amènent les sourds dans une zone frontière. Les sourds qui ont l’implant cochléaire ou appareil auditif, tendent à percevoir les sons car le but principal de ces technologies est de favoriser l’oralisation. Cependant, il faut dire que cette compréhension des sons ne donne pas aux sourds la condition d’entendants.


Texto completo:

PDF


DOI: https://doi.org/10.12957/e-mosaicos.2017.28537


ISSN: 2316-9303 | Indexada em: